Réveil : l’ancien Argonaut Jordan Williams envisage de déménager à Hamilton « intransigeant »

Ce n’était pas exactement le meilleur début de journée de Jordan Williams.

Le secondeur canadien s’est réveillé lundi matin en s’attendant à une autre journée de préparation pour aider les Argonauts de Toronto à venger une fin décevante de leur saison 2023. Mais tout a changé d’un seul coup de téléphone.

Il s’agissait d’informer Williams qu’il avait été transféré aux Tiger-Cats de Hamilton dans le cadre d’un accord comprenant huit choix au repêchage au total et les droits d’un joueur sur la liste de négociation.

« Je me suis réveillé pour faire ma routine habituelle – m’entraîner, des choses de cette nature », a déclaré Williams lors d’un entretien téléphonique jeudi. « Dès que je me suis réveillé, j’ai reçu un appel des gars en bleu m’informant que j’avais été échangé au Hammer. »

Mais Williams a déclaré qu’il n’était que légèrement surpris par cette décision. Après la saison, les dirigeants des Argos ont déclaré aux joueurs que le club faisait face à des décisions très difficiles hors saison étant donné qu’il avait 32 agents libres en attente, dont de nombreux partants vétérans et joueurs clés.

Toronto a enfermé neuf joueurs, dont le secondeur Wynton McManis et le joueur de ligne offensive Isiah Cage. Mais parmi ceux qui n’ont toujours pas signé, il y a le botteur Boris Bede, le receveur Damonte Coxie, le demi offensif AJ Ouellette, le retourneur Javon Leake, le secondeur Adarius Pickett (meilleur joueur défensif de la division Est de 23) et le demi défensif Jamal Peters.

Le mois dernier, Toronto a libéré le joueur de ligne offensive canadien Dariusz Bladek, qui a depuis rejoint les Redblacks d’Ottawa.

« J’ai vu beaucoup de mouvement se produire dans la LCF à cette période de l’année », a déclaré Williams, alors que l’agence libre de la LCF devrait débuter le 13 février. « Nous avions une équipe pleine (de personnes) qui pouvait commencer et tout le monde voulait l’argent de départ, mais ce n’est pas possible, ils doivent donc procéder à des restructurations, des réductions et des échanges pour rester sous le plafond.»

Toronto a terminé l’année 2023 avec une fiche de 16-2, la meilleure de la LCF, égalant ainsi la marque de la ligue pour le plus grand nombre de victoires en saison régulière. Mais la brillante campagne des Argos s’est terminée par une superbe défaite à domicile de 38-17 dans la division Est contre les Alouettes de Montréal, qui ont ensuite battu Winnipeg lors de la Coupe Grey.

L’échange avec Hamilton a réuni Williams avec le directeur général des Ticats, Ed Hervey, qui a sélectionné Williams au premier rang du repêchage 2020 de la LCF en tant que directeur général des Lions de la Colombie-Britannique.

Williams, 29 ans, a réussi 52 plaqués au total (cinq pour des défaites) en 14 matchs de saison régulière l’an dernier, son premier avec Toronto. Williams a été échangé aux Argos en février 2023 par la Colombie-Britannique, ce qui a honoré le souhait du joueur de déménager en Ontario pour jouer plus près de sa famille.

Williams a insisté sur le fait qu’il n’avait pas demandé que Toronto soit déplacé et que cela ne le dérangeait pas que les Argos ne lui aient pas donné de raison pour l’échange.

« Je ne fais pas partie de ceux qui se demandent pourquoi », a déclaré Williams. « C’est l’activité pour laquelle vous vous inscrivez lorsque vous mettez ces coussinets et ce casque.

« Vous connaissez le dicton : les joueurs louent les maillots et les entraîneurs louent les sifflets. Nous tournons tous simplement dans ce jeu appelé football.

Williams de 6 pieds et 220 livres a participé à 46 matchs de saison régulière en carrière avec la Colombie-Britannique (2021-22) et Toronto (2023), enregistrant 229 plaqués, 16 plaqués sur les unités spéciales, un sac, une interception et trois échappés provoqués. . Il a été la meilleure recrue de la LCF en 2021 après avoir établi un record de la ligue pour le plus grand nombre de plaqués par un Canadien de première année avec 92.

Williams se joint à une formation de Hamilton qui a terminé troisième de la division Est la saison dernière avec une fiche de 8-10 avant de s’incliner 27-12 contre Montréal en demi-finale de conférence. La défensive des Ticats a terminé cinquième pour les points offensifs alloués (23,6 par match) et sixième pour les verges nettes allouées (358,1).

Williams, à qui il reste un an à son contrat dans la LCF, ne se voit pas avoir de difficulté à s’intégrer dans son nouveau domicile.

« Hamilton est une ville ouvrière et intransigeante, ce qui signifie que ces gens travaillent dur chaque jour pour gagner leur argent », a-t-il déclaré. «Ils pointent l’horloge et c’est comme ça que j’ai été élevé.

« Ma mère est militaire, elle doit pointer l’horloge tous les jours pour gagner sa solde. Je suis habitué à ce genre de style de vie, à ce genre de vie et c’est ce que je suis.

Williams a joué principalement au poste de secondeur intermédiaire à Toronto. L’endroit où il atterrira dans la défense de Hamilton dépendra de la personne que les Ticats signeront à nouveau et/ou ajouteront via une agence libre.

Hamilton affrontera Toronto quatre fois cette saison, le premier match ayant lieu le 23 juin au BMO Field. Mais Williams n’a pas cette date ni les trois autres encerclées sur son calendrier.

« J’ai vu beaucoup de gars jouer contre leur ancienne équipe », a déclaré Williams. « Ils finissent par avoir tout un tas de problèmes de couverture ou de plaquages ​​manqués parce qu’ils sont tout simplement trop émotifs.

« Vous devez aborder le jeu comme s’il s’agissait de visages anonymes. Comme je l’ai dit plus tôt, ce sont juste les gars en bleu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *